Compte rendu du site archéologique Lattara

Visite du site archéologique Lattara et du musée Henri Prades (Lattes)

JPEG - 443 ko

En ce mercredi 12 janvier, le temps était froid mais très ensoleillé, favorable à cette visite qui rassembla 22 participants, membres de l’Association, avec le concours de Mireille Bèque, organisatrice de cette journée.

Notre guide fut Jean-Claude Roux, également membre de St-Clément Évasion, archéologue à la D.R.A.C. Occitanie et ayant participé de nombreuses années aux fouilles de Lattara, agglomération portuaire de l’âge du Fer et d’époque romaine (Ve s. av. - IIIe s. ap. J.-C.).
Fort de cette expérience, c’est d’une manière très vivante qu’il nous a fait découvrir, et surtout expliqué, les vestiges encore visibles qui marquent cette antique petite ville littorale. Aux contours bien délimités entre les remparts dont les soubassements en pierres sont encore apparents, les élévations en briques crues ont disparues, la ville formait un grand triangle de 3,5 hectares, jadis érigée sur une petite presqu’île dans le delta du Lez.
La lagune ou « Mer Intérieur » de Pline était aux portes et ouvrait par un grau à un commerce maritime sur la Méditerranée. Cité indigène gauloise fondée vers 500 av. J.-C., d’abord Lattara fut une tête de pont pour les échanges maritimes avec les navigateurs/commerçants étrusques, notamment pour l’importation de vin et de vaisselles de table, en échange de bétails, de céréales et de métaux extraits dans l’arrière-pays. Après une destruction de la ville non encore expliquée, et tombée sous l’influence de Massalia-Marseille, ce furent avec les Grecs que continuèrent ces trafics jusqu’à la conquête romaine à la fin du premier siècle avant J.-C. La ville s’est alors bien développée, hors des anciens remparts sur une vingtaine d’hectares, selon les modes de construction et de vies gallo-romaines.

Pour la visite de la Maison Gauloise reconstituée en terre crue grandeur nature, Jean-Claude Roux a expliqué en détail les différents modes de construction en terre crue, tels qu’ils avaient été utilisés aux différentes époques d’activité de Lattara : murs en terre amalgamée/bauge, en torchis, en briques crues, en pisé. Des essais de construction très intéressants avaient été entrepris par les archéologues sur un espace proche du musée pour tenter de mieux interpréter les résultats des fouilles et se faire une idée précise de l’aspect et de la viabilité des maisons.

Le groupe a ensuite parcouru les différents étages du musée. D’abord en examinant la maquette de la ville à son apogée, car le plan de la ville a pu être reconstitué à partir de sondages et de prospections électromagnétiques. Puis en regardant les vitrines où de nombreux objets trouvés sur place ou dans les environs témoignent des savoir-faire et des habiletés artisanales et artistiques de ces lointains habitants. On a noté en particulier de nombreux contenants en céramique de toutes époques et des objets en verre soufflé de toute beauté, provenant d’une nécropole gallo-romaine.
La fin du parcourt muséographique s’est terminée par la visite de l’exposition temporaire « Gaulois, Gaulois ».

JPEG - 407.9 ko

Brèves

15 mai - Compte Rendu de la Conférence de J.C. Alibert

Veuillez trouver ci-joint le compte rendu de la conférence J.C. Alibert sur « Nos randonnées sur (...)

15 mai - Compte rendu de la visite du Domaine de Méric

Veuillez vous rendre sur la Compte rendu de la visite du Domaine de Meric qui a eu lieu Le (...)

15 avril - Conférence de J. Michaux

Conférence « Géants et nains disparus des îles méditerranéennes » Le vendredi 13 mai 2022 au Centre (...)

10 mars - Compte rendu de la visite du site archéologique de Lattara

Veuillez vous rendre sur la Compte rendu de la visite du site archéologique de Lattara pour (...)

10 mars - Compte Rendu de la conférence "L’activité physique peut-elle optimiser le vieillissement ?"

Veuillez trouver ci-joint le compte rendu de la conférence de C.Préfaut sur " L’activité physique (...)