Conférence sur le Yemen

Le Yémen à travers l’architecture aux époques antique, médiévale et moderne

JPEG - 9.9 ko

Au Yémen, au sud de la péninsule arabique, quand les premières cités sont fondées au IIe millénaire avant notre ère, la brique crue moulée était déjà utilisée au Proche-Orient depuis déjà cinq mille ans. Dés leur émergence, son emploi est largement prédominant dans les cités en bordure du désert au débouché des wadis (royaumes de Saba’, du Quataban, d’Hadramawt). Entre 1975 et 2002, la capitale de l’Hadramawt, Shabwa, a fait l’objet de fouilles stratigraphiques qui ont révélé dans les niveaux anciens une architecture domestique en terre où le matériau principal est la brique crue (XVe-IIIe s. av. n. è.). A partir du troisième siècle, apparaît une nouvelle architecture maçonnée plus monumentale en pierre associant pour les étages supérieurs le bois et la brique crue. Ce mode constructif, complété par la technique de la bauge (terre modelée amalgamée par couches), se perpétuera jusqu’à nos jours comme en témoigne la ville médiévale de Marib, à l’origine capitale du royaume de Saba’.

Dans la plupart des régions du Yémen l’usage de la brique de terre crue n’a pas cessé depuis l’antiquité. Les bâtisseurs ont toujours réservé leur prédilection aux matériaux locaux et la terre limoneuse des champs irrigués a largement été utilisée pour le façonnage de briques qui, une fois séchées au soleil, servent à la réalisation de parois qui peuvent s’élever comme à Shibam à plus de trente mètres. Si dans l’Hadramawt, à l’est du pays, la brique crue demeure l’unique matériau de construction pour la maçonnerie, elle peut également être combinée à la pierre et à la brique cuite comme dans les campagnes proches de Sanaa’, sur les hauts plateaux. Dans les montagnes au nord de la capitale, la pierre remplace la brique sans toutefois modifier le style architectural yéménite. En brique crue moulée, on peut aussi bien rencontrer des palais de style « victorien » comme à Tarim que des immeubles parallélépipédiques ou des fermes et greniers fortifiées avec des tours circulaires. Ces dernières années ce matériau modulaire peu cher, de fabrication simple et d’emploi aisé tend à être supplanté, dans une vision étroite et simplifiée de la modernité, par le parpaing de ciment fabriqué avec une presse manuelle dans de nombreux petits ateliers.

Jean-Claude Roux, archéologue, spécialiste d’architecture en terre crue, a travaillé au Ministère de la Culture, DRAC Languedoc-Roussillon. Entre 1975 et 2002, ces travaux de recherche l’ont mené à participer à plusieurs missions archéologiques au Yémen où il a travaillé sur la capitale antique de Shabaw et les systèmes d’irrigation par crue dans l’Hadramawt. Durant ses séjours, il a pu sillonner les régions montagneuses du nord, visiter les mines de sel du désert, traverser les immenses dunes de Roub’ al-Khali, rencontrer les brigands des montagnes et surtout partager la vie avec les bédouins avec qui il a travaillé. Il a connu à Aden la République Démocratique et Populaire du Yémen (sud marxiste), la réunification des deux Yémen après la guerre de 1990, la lente montée de l’islamisme…..


Brèves

7 septembre - visite hotel de varennes,bains juifs,arc de triomphe

Veuillez vous rendre sur la rubrique culturelle pour découvrir la visite de Montpellier qui vous (...)

7 juillet - Compte rendu de la visite d’Uzes et des Féeries du Pont du Gard

Vous pourrez découvrir le Compte Rendu de la visite d’Uzès et du fabuleux spectacle « son et (...)

17 juin - Saison musicale 2017 2018

Découvrez la nouvelle saison musicale et inscrivez-vous. "saison musicale 2017-2018"

20 avril - Uzès et les Féeries du Pont du Gard

Vous pourrez découvrir Uzès et assister au fabuleux spectacle « son et lumière » du Pont du Gard le (...)

4 mars - Conférence sur le Yemen

Conférence Archéologique : le mardi 28 mars 2017à 18 heures 30 au Centre Fernand Arnaud par
Jean (...)